Input your search keywords and press Enter.

LUTTE CONTRE LE VIH: LES RESPONSABLES DES ASSOCIATIONS A BASE COMMUNAUTAIRE OUTILLES DANS L’ANALYSE ET LA COLLECTE DES DONNÉES

C’est à un travers un atelier qui va s’étendre durant 05 jours dans la ville de Yaoundé.

Les participants en plein séminaire

Renforcer les capacités des acteurs impliquées dans la veille communautaire visant à l’amélioration des services du VIH, la tuberculose et le paludisme était la raison d’être de l’atelier organisé le 14 février 2022 à Yaoundé.
A l’initiative du Recap + et l’association père et sœur unis du Cameroun, cette atelier qui va s’étendre sur 05 jours à comme objectif renforcer les capacités des responsables des associations à base communautaire.

Virginie ZANGUE
Présidente de l’association et père et sœurs unis du Cameroun


“Nous sommes là dans le cadre de l’assistance technique du fond mondiale qu”il apporte aux associations de lutte contre le VIH au Cameroun pour renforcer les capacités des acteurs dans la collecte, le traitement et l’analyse des données afin de les utilisés pour mener des plaidoyers pour l’amélioration des traitements anti VIH/sida, tuberculose et paludisme”


A déclaré Virginie ZANGUE la présidente de l’association et père et sœurs unis du Cameroun.
S’il est vrai que des avancées considérables ont été faites, l’on note tout de même des goulots d’étranglements dans le traitement ou encore l’accessibilité aux antirétroviraux.


” On a un problème d’accès au traitement de manière générale et il y a un problème d’accessibilité parce que parfois même quand il y a les antirétroviraux les gens à cause de certains obstacles soit on est éloigné des centres de traitements ne parviennent pas à avoir le traitement, on fait généralement face aux ruptures de traitement qui peuvent aussi entraver le traitement “


Lancé depuis janvier 2020 par le gouvernement de la république du Cameroun à travers la nouvelle politique d’élimination des frais dans établissements de santé pour la prestation des frais liés au VIH suivi en Novembre 2020 par une évaluation inclusive de la mise en oeuvre de cette politique avec la participation d’organe et d’agence gouvernemental, d’organisation de la société civile et des partenaires au développement.


Si le premier 90 qui consiste à ce que à l’horizon 2020 à 90% des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique a déjà été atteint cet atelier qui va se refermer le 18 février prochain apportera à cours sure une bouffée d’oxygène dans le but d’éradiquer complètement la maladie.


Olivier DONGMO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *