Input your search keywords and press Enter.

Mobilité urbaine au Cameroun : ces routes réhabilitées à Yaoundé qui confondent les détracteurs de Ketcha Courtès

Le Minhdu sur le terrain

Le ministère de l’Habitat et du Développement urbain a procédé récemment à la visite satisfaisante des chantiers routiers de la capitale du Cameroun.

Malgré le contexte défavorable, marqué par les risques de propagation de la Covid-19, le ministre camerounais de l’Habitat et du Développement urbain (Minhdu), Célestine Ketcha Courtès, a effectué récemment à Yaoundé, une visite de quelques infrastructures routières relevant de son portefeuille. Satisfaction, c’est le sentiment général qui a animé le Minhdu Ketcha Courtès. Il s’agit, notamment de la voie d’accès au Stade Paul Biya, situé à quelques encablures du Carrefour Tsinga village – Échangeur Autorail – Carrefour Olembé II par Nkozoa. Cette tournée lui a permis de constater que les travaux sont réalisés à plus de 70%, par les entreprises Razel et Integc, avec 02 grands points critiques.

Il est important de relever que le ministre de l’Habitat et du Développement urbain était accompagné, pour la circonstance, par le ministre des Sports et de l’Education physique, Narcisse Mouellè Kombi. Cette tournée intervient après celle que le Minhdu Ketcha Courtès vient d’effectuer sur l’axe routier Mobil Essos – Hôtel du plateau, dont la réhabilitation a été finalisée avec succès, indique le ministre. Pas moins que l’axe Mokolo – Cité verte, où la circulation reprend de plus belle, grâce aux travaux de réaménagement en cours de finalisation. Malgré l’impacte de la pandémie du Coronavirus, doit-on le souligner, les chantiers du ministère de l’Habitat et du Développement urbain font leur bonhomme de chemin. Ce résultat admirable, l’on s’en doute, est à mettre à l’actif du ministre Célestine Ketcha Courtès, qui a imprimé ses marques dès sa prise de fonctions à travers un certain nombre d’actes inhabituels. Il s’agit, entre autres, des visites permanentes des chantiers en cours et le suivi-évaluation de l’ensemble des projets. Du coup, la nouvelle physionomie de Yaoundé, siège des institutions républicaines, vient dissiper la polémique entretenue, il y a quelque temps, par une certaine presse qui laissait croire que le Mindhu tournait l’opinion publique en bourrique à travers ses multiples descentes sur le terrain jugées inutiles. Visiblement, c’était sans compter avec le dynamisme et la vision panoramique qui caractérisent habituellement Célestine Ketcha Courtès en matière de développement de la cité. Car, son passage à la Commune de Bangangté, où les populations ne jurent que par ses nombreuses réalisations, en dit long sur la riche expérience que traîne l’ancienne maire en termes d’urbanisation et d’embellissement de la ville

Bertrand TJANI     

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.