Input your search keywords and press Enter.

Deux mineurs incarcérés à la prison centrale de Yaoundé.

L’affaire fait grand bruit il s’agit de Ayeme William élève au Cours Moyen deuxième année et de Wilfried kamtchoueng en classe de 2nde au lycée bilingue de Yaoundé.


Âgés à peine de 15ans et tous deux premier fils de leurs mamans, les enfants William et Wilfried ont été placé en détention à la suite d’une plainte de leur voisin pour vol de 200000 FCFA. Ils se retrouvent aujourd’hui écroués à la prison centrale de Yaoundé alors même que l’incarcération des mineurs est bien encadrée par la loi camerounaise. le collectif des avocats aux barreaux s’occupant de cette affaire pour porter secours aux deux familles qui souffrent de martyre. Pourtant, Ces enfants ne devraient pas faire objet de détention d’autant plus qu’ils sont des élèves une incarcération qui a provoqué la colère d’un collectif d’avocat.
Les mères de ces enfants ; inquiets de ne pas pouvoir empêcher leurs progénitures de se retrouver de l’autre coté de la prison ont tenté de trouver un terrain d’entente avec le plaignant qui est resté sourd aux supplications des parents en détresse car ne pouvant pas verser cette maudite somme de 2000000 à 500000 de nos FCFA demandé par le plaignant sont restées vaines. L’affaire désormais pendante devant le tribunal.
Au sortie du tribunal d’ékounou le couple SIMO et veuve Anne AFOGUE Sont dépités  et souffrent atrocement vue le statut de premier enfants qu’occupait chacun de ces enfants dans leurs familles. Voici plus d’un mois qu’elles sont privées de leurs enfants endettées, ces mamans font alors appel au couple présidentiel afin de trouver une solution à ce problème. Le souhait de ces deux familles et de David EBOUTOU qui s’est occupé récemment de l’affaire jules OMER est que les enfants retrouvent la liberté leurs Places étant dans les salles de classes et non en prison. En attendant, Wilfried et William sont reconduits à kondengui où ils vont passer leur huitième nuit après avoir séjourné à la brigade de Ngousso.
Affaire à suivre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.