Input your search keywords and press Enter.

Cameroun : les bébés siamois de Laurelle bientôt en route pour Lyon.

« Nous serons à jamais reconnaissants de tous ce l’Etat  fait pour nous … maintenant j’ai hâte de voir mes enfants séparés »

C’est avec un cœur rempli de joie et des lèvres pleines de reconnaissances que la jeune orpheline dresse ces mots à l’endroit de l’Etat du Cameroun. Ses cris de détresse ne seront plus qu’un souvenir.

Merveille EYENGA et Merveille BISSIE nées il ya  5 mois à l’hôpital  d’Ayos, région du centre et conduites à la fondation Chantal Biya puis, à l’hôpital gynéco – obstétrique de Yaoundé seront bientôt transférées pour Lyon afin de subir une opération visant à les séparer. Ces bébés siamois de  Laurelle  Gally, jeune adolescente démunie et meurtrie de 18 ans retrouveront  le sourire perdu depuis sa césarienne du 6 novembre dernier.

Après plusieurs mois passés dans cette institution hospitalière, des efforts ont été consentis, des prises en charges multipliées, moult réunions  dirigées par le Dr  ANGWAFO III FRU FOBUWSHI  Directeur général de l’hôpital gynéco- obstétrique de Yaoundé  avec tous les spécialistes de Yaoundé en vue d’analyser les possibilités d’une séparation locale de ces deux perles nées collées l’une à l’autre hélas, les pouvoirs publics  et le ministère de la santé publique ne sont pas restés insensibles à ces cris car plusieurs moyens ont été déployés  pour que ces enfants et leur mère retrouvent le sourire.  Après étude, une évacuation sanitaire était impérative, le dossier des deux enfants et leur mère pour la France est déjà sur la table actes de naissances et carte nationale d’identité ont été établis. En attendant cette évacuation, ces merveilles  subissent une phase de conditionnement afin d’affronter l’opération dans les meilleurs conditions.

L’équipe de 237infos .net ne peut que saluer les efforts consentis des pouvoirs publics pour cette initiative louable. Quant à la jeune mère et ses bébés que le tout puissant soit à leurs cotés au moment de cette épreuve.

Nous y reviendrons

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.