Input your search keywords and press Enter.

crise anglophone : ESSOMBA BENGONO Engelbert

« …Est-ce que vous savez le nombre de fois que Dieu le créateur a dû raser l’espèce humaine  pour se constituer un peuple ?…il dit je rase Sodome et Gomorrhe et il rase.

Invité sur le plateau télé de l’émission « équinoxe soir », que ESSOMBA BENGONO,  membre suppléant du parlement camerounais a tenu des propos choquants pour évoquer le problème qui sévi dans le nord et le sud ouest, les camerounais n’ont pas pu digérer ces paroles où il justifie les milliers de morts dans ces deux régions ces derniers moments.

En se référent à l’histoire biblique  de Sodome et Gomorrhe, Engelbert semble légitimer les victimes des deux régions envahit par les sécessionnistes. Des paroles qui ont meurtries plus d’un. Suite à ces faits, ses excuses sont restées vaines. Dans la lettre adressée au président de l’Assemblée Nationale, le très honorable Cavaye Yéguié Djibril, l’ancien candidat aux  précédentes élections présidentielles dernières Me Akere Muna, s’indigne, et réclame la convocation d’une session extraordinaire qui traitera le cas de l’honorable Essomba Bengono.

Très honorable Cavaye Yéguié Djibril, Président de l’Assemblée Nationale du Cameroun Objet : Déclarations génocidaires de l’honorable Essomba Bengono Engelbert (membre suppléant du Parlement). Très Honorable, M. le Président de l’Assemblée Nationale, Le Tribunal Militaire de Yaoundé a rendu le jugement n ° 99 / CRIM / 2018 du 10 avril 2018 condamnant M. AMBEAZIEH ANDREW OFEMBE à onze ans d’emprisonnement, avec une amende de 59.780 francs CFA, plus 5 millions francs de dommages et intérêts à l’Etat du Cameroun. M. Ambeazieh a été retrouvé avec un tract appelant aux villes mortes. Il a été immédiatement arrêté et transporté à Yaoundé. Il a été inculpé et reconnu coupable d’apologie au terrorisme, à la sécession, à la révolution, à l’insurrection, pour diffusion de fausses nouvelles et pour hostilité à l’égard de la patrie. Notre cabinet d’avocats (Muna, Muna & Associates) a agi à titre bénévole pour lui, comme cela est le cas pour plus de 40 autres affaires. Nous avons interjeté appel du jugement susvisé et cette affaire est pendante.

Dans la soirée du 13 mai 2019, l’honorable ESSOMBA BENGONO Engelbert, membre du parlement suppléant, parlant du Nord-ouest et du sud ouest a fait la déclaration suivante sur le plateau de l’émission « équinoxe soir » : « …est-ce que vous savez le nombre de fois où Dieu le créateur, a dû raser l’espèce humaine pour se constituer un peuple ? Vous savez combien de fois ? Le nombre d’alliances que Dieu a faite avec les hommes ? Il dit : je rase Sodome et Gomorrhe et il rase. Nous ne comptons pas les morts, vois comprenez ? Nous comptons les camerounais actifs tous les jours… »

À un moment où les Camerounais réfléchissent sur le dialogue proposé par le Président de la République en même temps que beaucoup d’autres sont attentifs au discours du Premier Ministre, Chief Dr Dion Ngute, une telle déclaration de la part d’un élu du peuple, loin de constituer une distraction a le potentielle de jeter du discrédit sur tout discours sur la paix et le dialogue promu par le parti politique auquel il appartient. J’ai commencé par mentionner le cas de M. Ambeazieh pour vous permettre d’apprécier, de quel côté penche la balance de la justice dans notre pays. J’attends de voir la réaction de nos chefs d’Eglises lorsque la Bible est ainsi utilisée pour comparer des citoyens camerounais, habitants du Nord- Ouest et du Sud-Ouest à ceux de Sodome et de Gomorrhe exterminés. Monsieur le Président, nous avons suivi un gouverneur traiter les anglophones de « chiens », nous avons suivi des journalistes traiter les anglophones de « rats ».

 Nous avons même suivi un important patron de presse dire non au dialogue et plaider pour la fermeture de toutes les installations de secours et de premières nécessités du Nord- Ouest et du Sud-Ouest et la mise en place d’une opération coup de poing pour mettre un terme à la crise. Le dialogue Monsieur le Président, devrait commencer par votre propre parlement, par la convocation d’une session extraordinaire qui traitera non seulement du cas de l’honorable ESSOMBA BENGONO ENGELBERT, mais surtout, tiendra également des séances élaborées au cours desquelles on devrait envisager d’entendre les Camerounais. Un rapport parlementaire viendrait sanctionner ce processus. L’honorable ESSOMBA BENGONO ENGELBERT a déclaré qu’il n’est pas nécessaire de compter le nombre de morts, qu’on ne devrait se préoccuper que des Camerounais en vie. Monsieur le Président, un camerounais mort est un mort de trop.

 La vie est un don de Dieu et nier son importance, c’est nier l’existence de notre Créateur Tout-Puissant. J’espère que la célérité avec laquelle vous avez réagi à la résolution du Parlement européen sera dupliquée dans l’initiative que vous prendrez en urgence pour mettre fin aux discours des personnes qui attisent les flammes de la division, de la haine et sèment les graines de génocide.

Très respectueusement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.