Input your search keywords and press Enter.

Contentieux post-électoral : Conseil constitutionnel délibère l’affaire Maurice Kamto ce jeudi à 18h

Le président du Conseil constitutionnel a décidé de mettre un terme hier  17 octobre 2018 à 21h 45 mn, au débat suite au recours du Candidat Maurice Kamto qui demande l’annulation partielle de l’élection présidentielle du 07 octobre 2018 dernier.

Le Conseil constitutionnel n’a pas parvenu à vider le contentieux post électoral du candidat Maurice Kamto depuis deux jours. « L’affaire est en délibéré pour demain 18h ». Face à l’insistance de Maitre Emmanuel Simh, avocat du requérant qui souhaite avoir les copies de certains PV, le président Clément Atangana marque son refus en rappelant que l’affaire est en délibéré demain (ce jeudi 18 octobre 2018) à 18h. il a directement appelé la 18ème  et dernière affaire de ce contentieux post électoral. Il s’agit du recours du candidat Joshua Osih du SDF qui demande l’annulation totale de la Présidentielle 2018. Quand ce dernier se présente à la barre en compagnie de ses avocats, le président du Conseil constitutionnel reprend la parole pour informer le requérant Osih que son affaire passe demain jeudi 18 octobre 2018 à partir de 10h. Sur ce, les neuf membres de la haute juridiction se sont levés et la salle d’audience du Palais des congrès de Yaoundé s’est vidée progressivement dans une ambiance surchauffée.

Ainsi, s’achevé une longue et épuisante journée de plaidoiries déroulée en présence d’une foule nombreuse venue vivre en direct l’affaire du candidat Maurice Kamto qui tient toute la République en haleine depuis deux jours.

Les avocats du requérant qui ont commencé à plaider depuis hier soir, ont terminé ce mercredi vers 19h. Au nombre d’une dizaine, ils ont défilé à tour de rôle à la barre pour exposer toutes les preuves et les arguments afin de convaincre que le scrutin du 07 octobre 2018 a été émaillé d’une kyrielle d’irrégularités et d’incidents. Le conseil du candidat du MRC a profité de cette exposition internationale pour dénoncer en mondovision toutes les décisions du gouvernement et d’ELECAM (l’organe chargé de l’organisation des élections) qui, selon la défense, ont entravé une organisation juste, libre et transparente de la Présidentielle 2018.

A leur suite, les représentants du RDPC, parti au pouvoir, d’ELECAM, du ministère de l’administration territoriale, du ministère de la défense et leurs avocats ont pris la parole pour battre en brèche la démonstration des plaignants. « Tous ce qu’ils ont raconté ici, sont des mensonges » a répliqué au bout d’une longue intervention, Grégoire Owona, chef de la délégation du RDPC.

Maitre Emile Essombé, président de la Commission nationale de recensement  général des votes a pris la parole à la fin pour déclarer aussi que les documents, à l’instar des Procès-verbaux produits par le conseil de Maurice Kamto pour dénoncer d’éventuelles fraudes, sont des faux documents. Pour démontrer le contraire le conseil du candidat Maurice Kamto a demandé que le Président du Conseil permette à l’assistance de procéder à une comparaison des documents. Le refus du président Clément Atangana a plongé l’audience dans la confusion. Visiblement embarrassé, le président a donc choisi de renvoyer la suite de l’affaire ce jeudi 18h.

Affaire à suivre dès 18 heures

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.