Input your search keywords and press Enter.

Cameroun-Ngaoundéré: le Conseil Municipal Jeune installé


La cérémonie a été présidée par le Ministre de la Jeunesse et de l’Education Civique, accompagné du Secrétaire Général des services du Gouverneur de la région de l’Adamaoua, le 28 juillet 2022 à l’Hôtel de ville de Ngaoundéré.


La cérémonie a débuté par une procession d’entrée des Conseillers Municipaux Jeunes de Ngaoundéré 1er et 3ème. Le Dajec de Ngaoundéré 1er, Gnakmbalo Hamayadji Robins a ensuite procédé à la lecture du résumé du rapport général de l’atelier de renforcement des capacités des Conseillers Municipaux Jeunes des Communes de Ngaoundéré 1er et 3eme De la lecture de ce rapport, il ressort que ce sont 62 jeunes soucieux de participer au développement de leur communauté qui ont pris part à l’atelier de renforcement des capacités afin de devenir Conseillers Municipaux Jeunes. Il faut dire que, tout s’est déroulé dans une approche de volontariat. Les jeunes ont été encadrés par les experts du Minjec et de Ngaoundéré. Lors de cet atelier, 04 modules ont été présentés. Ces modules ont tourné tout autour de la paix, du volontariat, du leadership, de la santé sexuelle et de la lutte contre les drogues.
Mama Koulsoumy, représentante du maire de Ngaoundéré et par ailleurs 1er adjoint au Maire a loué cette initiative du Minjec qui vise la participation au développement des jeunes au niveau local. Dans la présentation de la région de l’Adamaoua, Mama Koulsoumy a indiqué que cette région représente 38% de la consommation bovine du pays. Si le Maire relève les tares qui minent la Jeunesse de la région, elle sollicite l’accompagnement du Minjec dans la mise en place du 1er Conseil Régional Jeune car ces instances permettent aux jeunes de sortir non seulement de l’oisiveté mais surtout de participer à la construction de la Nation.
Au nom de tous les Conseils Municipaux Jeunes installés, Taba Nana Raïssa a remercié tous les acteurs de l’installation de ces CMJ notamment le Minjec, le Minddevel et les services du Gouverneur. Elle leur remercie pour leur engagement auprès de la Jeunesse afin de relever les défis et faire face aux enjeux de développement du Cameroun. Elle a précisé qu’au terme de leur formation, ils sont de nouveaux citoyens prêts à apporter leur pierre à l’édifice Cameroun.
Avant le discours d’installation proprement dit, des attributs et certificats de participation ont été remis aux conseillers municipaux jeunes par les Maires de Ngaoundéré 1er et 3ème. Ensuite, le Maire a indiqué que les CMJ auxquels appartiennent dorénavant ces jeunes font partis de l’idéal du processus de décentralisation du Président de la République. Il se réjouit davantage que plusieurs jeunes filles aient pris part à cette formation. Les jeunes formés sont âgés de 15 à 35 ans. C’est ainsi que la traditionnelle minute du civisme donnée par le Ministre Mounouna Foutsou a consisté à interpeller les CMJ féminins et leur demander qui est le président national du Conseil National de la Jeunesse du Cameroun, de quelle région est-il et quelle est sa formation. La jeune Fadimatou Sali répond qu’il s’agit de Fadimatou Iyawa Ousmanou, originaire de l’Adamaoua et ingénieur informaticienne. La minute du civisme se termine avec l’engagement de tous les conseillers féminins de produire beaucoup plus de Fadimatou Iyawa Ousmanou, c’est à dire des leaders et de promouvoir la participation de la jeune fille dans le leadership jeune.
A la suite de son propos, le Ministre a indiqué que l’atelier de formation qui a précédé l’installation des CMJ avait pour but de faire comprendre aux jeunes leur participation dans le développement local. Il précise que leur mission d’un an auprès des communes sera un passage au cours duquel ils vont contribuer par leur expérience mais également exercer leur leadership en proposant des projets sous l’autorité de la commune et l’encadrement de l’exécution municipal. Mounouna Foutsou souligne qu’ils sont tous des volontaires comme eux-mêmes l’ont relevé dans leur engagement et termine en ces mots: ” Que chacun de vous soit un Lion Indomptable dans son domaine”.


Ernesthine BIKOLA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.