Input your search keywords and press Enter.

Cameroun : le décès d’un jeune homme dans une prison divise l’opinion

Dans la nuit du 04 au 05 septembre 2020, Titus Bessong, détenu âgé de 22 ans, a perdu la vie dans la prison secondaire de Mbanga, département du Moungo, indiquent des sources, suite à de graves tortures infligées par le personnel du pénitencier.

Selon une chaîne de télévision de la place, lors d’une séance de corvée collective organisée dans l’arrondissement de Mombo, localité de Mbanga, le jeune Titus Bessong a tenté de s’en fuir. Le jeune homme âgé de 22 ans n’a pas réussi à mettre son plan en exécution. Il a été pris en chasse par les gardiens de la Prison principale de Mbanga. Il a été rattrapé et ramené dans le pénitencier, à en croire la même source, où il subira de graves tortures corporelles. Le jeune Bessong ne pouvant pas résister aux douleurs qui lui seront infligés va perdre la vie. Sa dépouille sera ensuite déposée à la morgue de l’Hôpital de district de Mbanga. D’après les autorités de la ville, le défunt aurait été victime d’un étouffement.

Ce scandale remet au goût du jour l’éternel problème de maltraitance dans certaines prisons du Cameroun. « Le gouvernement camerounais doit revoir le mode de fonctionnement des différentes prisons. Cela évitera d’enregistrer des cas pareils. Car, les prisonniers sont victimes de maltraitance et de négligence, qui entrainent parfois la mort », confie Bernard Kamga. Aussi, pense-t-il que des bavures pareilles attirent les foudres des organismes en charge de la défense des droits de l’homme et des libertés. Avis qui n’est pas partagé par André Benga, qui estime que la victime n’a récolté que ce qu’elle a semé, en tentant de prendre la poudre d’escampette. Comme qui dirait, on dort comme on fait son lit.

Alice OKALA (stagiare)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.