Input your search keywords and press Enter.

Société Immobilière du Cameroun : les membres de la cellule anticorruption installés pour tordre le cou au phénomène

La cérémonie y relative a eu lieu, le 09 août à Yaoundé, sous la présidence du Directeur général de l’entreprise, Dr Ahmadou Sardaouna. 

La cellule anticorruption mise en place à la Sic-Société Immobilière du Cameroun, pour la toute première fois en 2018, comportait six membres au lieu de huit, conformément au canevas de mise en place d’une cellule anticorruption. Dans le souci d’une restructuration équilibrée des membres de la cellule, un réaménagement a été effectué, par décision du top management, le 05 mai 2022.

Les grands maux minent aujourd’hui la Société Immobilière du Cameroun. De ce fait, la cellule anti-corruption a pour mission d’éradiquer les problèmes de sous-location avec quelques fois la complicité des agents de la structure (chefs d’antenne et chefs secteurs qui seront dorénavant sanctionnés), la soustraction de certains dossiers judiciaires en interne concernant les procédures en cours, liant l’entreprise aux procédures d’expulsion des logements, etc. L’installation de ladite cellule vient ainsi sonner la fin de la récréation et le début d’une ère matérialisée par la rigueur, gage de la bonne performance de l’entreprise qui permettra d’atteindre les objectifs portés par la vision 2035 du Directeur général, Dr Ahmadou Sardaouna.

Souci de performance

Il faut rappeler que la délégation régionale de la Société Immobilière du Cameroun pour le Centre avait procédé, du 02 au 28 août 2021, à une campagne de recouvrement des créances et d’identification des locataires dans les cités Sic de Yaoundé. « Depuis des années, la Sic fait face à des difficultés : son parc immobilier vieillissant et insuffisamment entretenu, des ressources financières limitées, un personnel insuffisant contribuant ainsi à la non résorption du déficit en logements constituent l’un des objectifs en matière de logement fixés par le gouvernement ». Autant de difficultés que le Directeur général de la Sic avait présentées lors de la cérémonie de lancement de l’accord de contribution entre Onu-Habitat et l’entreprise, le 09 février 2021 à Yaoundé.

Aux résidents des cités Sic, Ahmadou Sardaouna en avait appelé à plus de responsabilité à travers la dénonciation systématique du phénomène de sous-location, qui plombe les ressources financières destinées à améliorer le cadre de vie des habitants. En effet, il était question de procéder à l’assainissement du fichier de la clientèle en location simple. L’objectif principal de la campagne étant le recouvrement des créances auprès des locataires privés. Mais, l’occasion avait davantage permis aux équipes de Mme Amine Mohamadou, Déléguée régionale de la Sic pour le Centre, « d’évaluer, d’une part les causes profondes des impayés, et d’autre part de mettre en application une stratégie de recouvrement à l’amiable, qui procède par une convention systématique des débiteurs suivie par une approche du porte-à-porte ». Objectifs spécifiques, exhorter les locataires sur le payement régulier des loyers, diminuer la dette, poursuivre avec l’identification des occupants irréguliers dans toutes les cités, et recueillir les doléances des locataires. Les résultats attendus de la mission, assainir le fichier de la clientèle, améliorer les recettes, réduire les impayés, identifier tous les occupants réels des logements, et créer un cadre de communication de proximité. 

Source : « Sans Détour »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.