People

Scandale de la Sextape:Clinton Njie victime du cyberespace ?

A en croire des proches de la nouvelle recrue du Dynamo Moscou, des hackeurs ont piraté sa base de données téléphoniques. Une interprétation de plus aux utilisateurs des appareils électroniques.

Par Christian Djimadeu

L’ancien marseillais est aux abois. Depuis qu’une vidéo diffusée sur la toile le présente dans une posture inconfortable. Le nombre de partages de cet élément et les commentaires que cela suscitent, porte un coup à l’honneur du footballeur camerounais.

Un scandale qu’il n’aurait jamais souhaité connaître si on s’en tient aux confidences de ses proches. Ils évoquent la thèse d’une main criminelle. « Clinton ne reconnaît pas avoir publié une telle chose, même pas par erreur. Depuis que cette affaire a éclaté, nous avons mené toutes les vérifications, et sommes arrivés à la conclusion selon laquelle son téléphone a été hacké par des personnes mal-intentionnées qui veulent nuire à son nouveau contrat, à sa carrière », confie l’un de ses proches.

Il en veut pour preuve : « la création de plusieurs faux comptes sur les réseaux sociaux, pour soit divulguer l’affaire, ou présenter de fausses excuses en son nom ». En l’état actuel, apprend-t-on également de la même source, le dernier buteur du Cameroun à la dernière CAN en Egypte contre le Nigeria, ne s’est pas encore prononcé sur le sujet et devrait pas tarder à le faire.

Attention !! Danger !!

Si l’entourage du joueur ne nie pour autant pas l’authenticité de l’élément en circulation, il pose néanmoins un problème auquel il est désormais convenu de faire attention : le phénomène des hackeurs. Par un système de piratage, ils peuvent s’introduire dans vos bases de données électroniques. Notamment dans les téléphones et ordinateurs pour y mener des opérations, suivre vos conversations même les plus secrètes, extraire des données personnelles ou intimes. C’est l’une des conséquences de la société du Web 2.0 dans laquelle nous évoluons. Une existence à la fois sur terre et dans l’espace. Nos activités trouvent un lieu de stockage dans le virtuel. D’où l’irruption d’un nouveau type de banditisme.

Il est en effet facile aujourd’hui de mettre un téléphone sur écoute, d’exercer la filature des mails et messages d’un tiers sans qu’il ne s’en rende compte, de s’introduire par des outils de la technologie, dans sa galerie et manipuler aisément les images et vidéos qui s’y trouvent. Beaucoup ventilent à cet effet des virus dans la nature. Ceux-ci vont s’incruster dans des appareils non protégés, et le tour est joué.

Il va falloir donc dorénavant maîtriser ce que l’on garde dans les supports numériques. Artistes, sportifs, étudiants, homme politique etc, sont ainsi mis en garde. Clinton Njie est certainement victime de son imprudence aujourd’hui. Sa célébrité amène les uns et les autres à en rire à belles dents, oubliant quelques fois que personne n’est à l’abri des cybercriminels. Le combat devrait plutôt être mené contre les criminels du cyberespace et non contre ce jeune à peine sorti de l’adolescence ( 25 ans).

Previous ArticleNext Article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
8 ⁄ 1 =