Input your search keywords and press Enter.

Dieudonné Essomba déclare la guerre contre Paul Biya et son entourage

Il a décidé de dénoncer  les magouilles connues lors des concours d’entré dans les écoles les plus prestigieuses du pays telles que l’ENAM.

Voici ses propos :

«LE REGIME DE BIYA DOIT ETRE COMBATTU ET ABATTU ET SA CLIQUE ELIMINEE » par Dieudonné Essomba

LE REGIME DE BIYA NOUS DEMANDE L’IMPOSSIBLE

Si mon fils Dieudonné ESSOMBA s’était appelé BIYA ou tout autre nom d’un ponte du régime, il aurait aussi passé l’oral de l’ENAM, un concours dont tous les journaux disaient les noms connus à l’avance. Nous avions cru que c’était l’amplification des journalistes, mais ils avaient tous raison.

Malheureusement !

Il faut le dire une fois pour toutes, le Cameroun n’appartient pas à une clique de gens ! On comprend mal que des individus aient bénéficié depuis leur plus jeune âge de tous les avantages publics à partir de leur bourse, qu’ils aient joui de tous les avantages de l’Etat en tant qu’étudiants, hauts fonctionnaires, membres du Gouvernement et qu’ils aient saccagé l’économie qu’Ahidjo avait laissée.

Mais qu’après avoir détruit le pays, ils mettent encore le grappin de manière aussi indécente et aussi provocatrice sur les maigres strapontins qui ont pu échapper à une gestion schizophrène, au profit de leur progéniture !

 

Et ils nous demandent de laisser passer ça ? Ce n’est pas possible !

Puisque, de toute façon, pour qu’un enfant passe l’ENAM, il ne sert à rien d’être brillant, mais simplement d’être une progéniture des gens qui ont tout eu et détruit le pays, très bien !

C’est ce que nous ferons tous désormais : tout faire pour mettre la main sur l’Etat au détriment de ceux qui y sont actuellement et abusent de manière aussi provocatrice et répétée des gens.

Le régime de Biya doit être combattu et abattu et sa clique éliminée !”

Des propos étonnants qui pourtant ne surprennent pas réellement, quand on connait l’homme qu’il a toujours été dans sa manière de dénoncer les coins sombres dans la gestion du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.