Input your search keywords and press Enter.

Cameroun : le Haut-Nyong revendique son érection en région

Les populations pensent que l’immensité de leur département mérite de donner naissance à une région dans le nouveau découpage en perspective du Cameroun.

La région de l’Est Cameroun est très vaste, soit ¼ du territoire national. Le Haut-Nyong compte à lui-seul 14 unités administratives. Selon les populations de ce département, le temps est venu pour les pouvoirs publics de le transformer en région, au moment où s’annonce le processus de régionalisation du pays. En effet, elles suggèrent que soient créées de nouvelles unités administratives afin de rapprocher davantage l’administration des administrés. Ce qui pourrait booster le développement local. Aussi, proposent-elles comme chef-lieu de la région l’une des vielles villes, notamment Yokadouma, Lomié ou Djoum ; et Lomié, Moloundou, Yokadouma (incontestablement), Mindourou ou Mbang comme chefs-lieux de départements.

Projections

L’aménagement du territoire, tout particulièrement, a longtemps relevé d’une action publique maîtrisée de manière parfaitement endogène par l’Etat. Aujourd’hui, les politiques d’aménagement et de développement du territoire comme les exigences du développement durable, dépendent inversement de la capacité de mobilisation d’acteurs tant publics que privés, se situant à des niveaux d’action différents. La découverte d’interdépendances multiples entre les acteurs conduit de ce fait à l’invention de nouveaux principes de coopération. Le contrat est plus que jamais une solution au problème de l’action collective comme à la flexibilité nécessaire d’une action publique qui cherche plus l’équité que l’égalité. La contractualisation est en cela, la reconnaissance de la dépendance des autorités publiques à l’égard d’acteurs pleinement autonomes pour la réalisation des objectifs de politiques publiques, tout simplement parce que ce sont les acteurs qui sont les dépositaires de solutions. Ainsi, au-delà de leur réalité pratique, les contrats territoriaux d’exploitation symbolisent parfaitement une telle réalité.

La contractualisation territoriale de la région de l’Est cadre avec les orientations du Document de stratégie à long terme Cameroun, Vision 2035. Ce document indique au point III.2, relatif à la Stratégie d’Aménagement du Territoire que «l’aménagement du territoire s’appuiera également sur une organisation locale des bassins d’emplois à travers la promotion des dynamiques sociales et des diverses autres formes de valorisation des potentialités locales. Sans préjudice pour le rôle de l’Etat en tant que garant de l’équité territoriale et des principales orientations nationales, des contrats de partenariat au développement Etat/régions, Etat/communes, Régions/Communes seront instaurés. Ils déclineront au plan opérationnel les rôles respectifs de l’Etat et des collectivités territoriales décentralisées dans la mise en œuvre des plans de développement régionaux et locaux ainsi que leurs contributions au développement durable, à la protection de l’environnement et des écosystèmes et à la lutte contre les effets des changements climatiques ».

Enfin, la contractualisation territoriale de la région de l’Est prend en compte les orientations du Rapport de contractualisation du SNADDT du Cameroun. Ainsi, comme la contractualisation nationale, elle tire parti des principaux acquis ou résultats du diagnostic, de la prospective territoriale réalisés en amont de la contractualisation territoriale. Comme elle, elle énonce les enjeux et les défis de l’aménagement du périmètre géographique auquel elle se rapporte. Enfin, dans le prolongement des principes de base de l’aménagement à l’échelle nationale, elle propose des principes directeurs ou de base d’aménagement propres ou spécifiques à la région de l’Est.

Ernesthine BIKOLA UU���

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.