Input your search keywords and press Enter.

Cameroun : la Covid-19 rétrécie la route du ministère des Travaux publics

Le chef de ce département ministériel, Emmanuel Nganou Djoumessi, a présidé, hier, 11 juin 2020 à Yaoundé, en vidéoconférence, une importante réunion visant à réajuster les projets d’infrastructures en cours.  

Le ministre des Travaux publics (Mintp) a animé une importante concertation relative au réaménagement des allocations budgétaires devant servir au financement des projets en cours, après les modifications effectuées par le président de la République, Paul Biya, ainsi que les aménagements du collectif budgétaire. De manière globale, indique le ministère, il a été recommandé de faire le point sur les activités sur le terrain et de privilégier ceux des projets porteurs.

Une évaluation a ainsi été faite en fonction des données et du rendement des entreprises sur site. Il faut noter que dans l’ensemble, le budget du Mintp a subi une baisse de l’ordre de 61, 857 milliards Fcfa. Ce qui impacte directement les dépenses en investissements, renseigne davantage le Mintp, même si des coupes ont également été effectuées en ce qui concerne le budget de fonctionnement. En effet, le ministre Emmanuel Nganou Djoumessi a instruit une évaluation précise de la situation sur le terrain et prescrit des propositions de réaménagement interne. Pour le moment, relève le Mintp, il n’est pas possible d’énumérer les projets qui seront impactés par ce réajustement budgétaire. Mais, il faut relever que ce seront davantage les projets financés par les Ressources internes ordinaires (Rio). En clair, a-t-on fait savoir, les projets à financements externes (Finex) sont quelque peu à l’abri de cette situation économique. Aussi, a-t-il été envisagé une valorisation, en fonction des dispositions des partenaires financiers, du financement prévu pour l’année en cours.

En rappel, la loi de finances 2020 du ministère des Travaux publics a vu son budget réduit par le chef de l’Etat de 13%, pour cause de la crise sanitaire mondiale, soit 61,857 milliards Fcfa sur l’enveloppe initiale de 459,809 milliards Fcfa, votés et promulgués en début d’année. Au final, le Mintp ne devra se contenter plus que de 397,759 milliards Fcfa, dans le cadre de la mise en œuvre de son programme d’infrastructures.

Bertrand TJANI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.