Input your search keywords and press Enter.

CAMEROUN : DIEUDONNE ESSOMBA EXIGE LA DÉCENTRALISATION ET RÉCLAME LE PARTAGE ÉQUITABLE DES REVENUS DU PAYS.

Dans une énième publication sur son compte Facebook, Dieudonné essomba demande au gouvernement camerounais de rendre effective le décret qui devait faire du Cameroun, un état décentralisé depuis 22 ans aujourd’hui, signé par le président de la république lui-même.

Il pointe d’ailleurs un doigt accusateur sur ce laxisme gouvernemental, qui serait à l’origine de la sécession que traverse le pays depuis bientôt 3 ans, ceci causé par le délaissement d’une partie des camerounais dans la répartition des revenus du pays. Il exige alors de rendre effective cette forme de l’état camerounais, même s’il va falloir pour nos administrateurs d’apprendre sur le terrain.

« IL FAUT ALLER RÉSOLUMENT A LA DÉCENTRALISATION

Voici 28 ans après la Tripartite et 22 ans après la Constitution de 1996 qu’on a adopté la décentralisation, et jusque-là, on ne fait qu’hésiter. La conséquence est qu’on se retrouve avec une terrible Sécession entre les bras. Sécession qu’on a minorée malencontreusement, mais qui est en train de nous détruire comme un cancer.

Il faut donc y aller ! Et ce qu’on demande, c’est un partage équitable des ressources entre les divers segments de l’Etat. Le budget de l’Etat appartient à tout le monde et personne ne peut s’en arroger la gestion. Cet argent doit être réparti en 3 parties :

-la première partie, représentant 50% restent à l’Etat central pour ses missions, contrôlé par le Parlement ;

-la seconde partie, représentant 30% va aux Régions, pour leur mission, et chacune gère sa part sous le contrôle de ses propres institutions ;

-la troisième partie, représentant 20% vont aux Communes pour leur mission et sous le contrôle de leurs propres institutions.

Voilà comment fonctionne la vraie décentralisation, celle qui maintient la paix et le développement. Et dans cette décentralisation, il faut y aller !

Les lois sur la décentralisation avaient affecté la gestion de l’enseignement primaire aux Communes. Cela doit être effectif, car il nous faut éviter le terrible spectacle d’un recrutement de 1000 instituteurs avec 52.000 candidats, tous munis d’un CAPIEMP !

Quand un pays atteint de niveau, cela devient terrifiant ! Et ce n’est pas avec ces techniques qu’on peut instaurer la paix.
Certains veulent nous parler de compétence, mais les compétences, il y en a ! On ne peut pas accumuler dans l’oisiveté des milliers de diplômés de l’enseignement supérieur et parler de compétence ! Du reste, il n’y aura jamais un jour où la compétence sera suffisante. C’est une pure diversion ! Il faut décentraliser et affecter les ressources humaines et financières! Si on avait attendu que les anciennes colonies aient des compétences avant d’aller à l’indépendance comme le voulait le colon, nous serions toujours des colonies.

Et si on avait attendu que le peuple soient mûrs pour la démocratie, comme on le prétendait auparavant, nous serions toujours dans le part unique. Quand on a décidé d’aller à la décentralisation, on y va ! Le reste s’apprend à l’exercice! » a déclaré l’économiste Dieudonné Essomba.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.