Input your search keywords and press Enter.

Cameroun : des jeunes formés au développement des entreprises

Achille Bassilekin III, le Minpmessa

C’était à l’occasion d’une session de formation, tenue du 20 au 25 juillet 2020 à Yaoundé.

Le ministère des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Economie Sociale et de l’Artisanat (Minpmeesa) a procédé à la formation de nombreux jeunes, du 20 au 25 juillet 2020 à Yaoundé. Cette formation était basée sur le changement des comportements à inculquer aux entrepreneurs, les connaissances, les aptitudes ainsi que les attitudes devant leur permettre de développer avec succès leurs entreprises. « Ces six jours ont fait de vous des entrepreneurs outillés, aptes à mieux développer leurs entreprises, pour le développement économique du Cameroun, appelé à créer les richesses et les emplois », s’est-il réjoui. « Nous souhaitons que les comportements développés, les enseignements et les expériences reçus vous aident à la réussite de vos entreprises », a-t-il exhorté les participants.

Formation enrichissante

« Cette formation consiste à former un individu qui n’a aucune notion en entreprise, le transformer et le rendre entrepreneur. C’est pendant cette formation que beaucoup d’entre nous avons appris ce que c’est qu’une entreprise, comment la créer, comment la faire fonctionner… Et, pendant cette formation, on nous a appris 10 compétences assorties de 30 comportements à partir desquels on peut bien gérer une entreprise sans faillite », a appris un participant, qui n’a pas manqué de remercier les pouvoirs publics, non sans leur demander de les accompagner dans leurs activités. Car, « de nombreux jeunes camerounais n’ont pas de moyens pour implémenter leurs idées. C’est une doléance », a-t-il lancé l’appel.

Selon le Conseiller technique n°1 du Minpmeesa, « il a été question au cours de cette session de s’arrimer aux exigences de cette pandémie. Nous avons observé une ruée d’entrepreneurs qui sollicitaient véritablement l’organisation des sessions de formation en développement d’entreprises. Ce qui a bien évidemment conduit le ministre des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Economie Sociale et de l’Artisanat à décider de l’organisation de cette session en respectant les mesures barrières. Cette session nous a permis d’avoir une cuvée qui avait soif de la formation, de l’information et de l’accompagnement. Je pense que les participants repartent outillés non seulement des aptitudes comportementales qui leur permettront d’être les meilleurs dans leurs secteurs d’activités, mais également du reste qui leur permettra d’être plus résilients face à cette pandémie. Je pense que l’objectif recherché par cette 22e session de formation a été largement atteint », a-t-il ajouté, non sans donner quelques conseils. « Le conseil à donner aux uns et aux autres, c’est de mettre en pratique tout ce qu’ils ont appris durant leur séjour parmi nous ». Car, il est question de créer des entreprises, des richesses et des emplois afin de permettre au Cameroun d’émerger à l’horizon 2035. Aussi, le représentant du Minpmeesa s’est félicité de l’approche genre. « Nous avons noté qu’au cours de cette session de formation, nous avons enregistré un peu plus de femmes et de jeunes femmes. C’est dire combien l’entrepreneuriat féminin est aujourd’hui au centre des préoccupations des pouvoirs publics, qui ne cessent de multiplier les opportunités afin de permettre à ces jeunes de pouvoir réaliser leurs projets étant outillés de tous les mécanismes et autres opportunités disponibles », a-t-il relevé.

Ernesthine BIKOLA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *