Input your search keywords and press Enter.

Yaoundé : les non-dits du malaise entre le maire de la ville et ceux des communes d’arrondissement

Luc MESSI

Le maire de la ville de Yaoundé, Luc Messi Atangana, est accusé par les 07 maires d’arrondissement de s’arroger les pouvoirs indus sur la police municipale et la gestion des territoires.

Le super maire de la ville de Yaoundé, Luc Messi Atangana, a convoqué en début de semaine dernière une session extraordinaire du conseil de communauté, dans le but de voter un certain nombre de délibérations concernant la gestion des emprises publiques et la police municipale. Sauf que les sept maires d’arrondissement ont boycotté ces travaux. En effet, ils reprochent la mainmise totale de Luc Messi Atangana sur les pouvoirs de la police municipale et la gestion de Yaoundé. Aussi, expliquent-ils que le super maire, auprès de qui ils ont sollicité la mise en place d’un cadre de concertation permanent pour un développement harmonieux de la ville, leur a toujours fermé la porte. Ce qui poussé les grands conseillers des différentes communes d’arrondissement à rejeter en bloc les projets de délibération à eux soumis. Ils estiment qu’elles contribueraient à fragiliser leurs communes, « étant entendu qu’elles sont en contradiction avec la loi du 24 décembre 2019 portant Code général des collectivités territoriales décentralisées », appuie l’un d’eux.

Toutefois, lors de la plénière du mercredi 16 septembre 2020, à laquelle les sept maires des communes d’arrondissement ont en définitive consenti à participer, les trois premiers rapports des travaux en commission ont rejeté toutes les délibérations querellées. A la lecture du quatrième, Luc Messi Atangana va intervenir de manière forte, pour relativiser le rôle des grands conseillers dans la prise de décisions. Pour lui, au vu du Code de 2019 dont il dit être l’un des principaux rédacteurs, les maires d’arrondissement n’ont pas de pouvoirs sur la gestion des territoires. Les grands conseillers en veulent particulièrement à Jean-Claude Tcheuwa, inspecteur général au ministère de la Décentralisation et du Développement local (Minddevel), présent dans la salle. D’après eux, le responsable du Minddevel atteste le fait que le maire de la ville se substitue à l’organe délibérant qu’est le conseil de communauté.

Il faut relever que cette session du conseil de communauté est  venue exposer le malaise qui prévaut entre le maire de la ville et ceux des communes d’arrondissement. Cette situation est loin d’être la particularité de Yaoundé. Ce qui remet au goût du jour le débat autour du mode de désignation des supers maires, tous investis par le Rdpc et élus sans une véritable compétition.

Ernesthine BIKOLA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.