Politique

Dieudonné Essomba propose le fédéralisme au Président Paul BIYA

Pour l’économiste et consultant tv, les collaborateurs du chef de l’Etat ont passé tout leur à le tromper, il était donc question qu’il vive lui-même de ses propres yeux la situation de son pays le Cameroun. Pour Dieudonné ESSOMBA, ces agressions de la BAS en suisse est une leçon pour le Président Paul BIYA

Voici l’intégralité de ses propos sur son mur Facebook

A travers les actions agressives portées sur sa personne par la nébuleuse, en Suisse et devant le monde entier, le Président Paul Biya vit, de lui-même et de son vivant, l’imposture de son idéologie néocoloniale d’Etat unitaire avec ses paradigmes éculés de vivre-ensemble !

On lui a expliqué et réexpliqué que le Cameroun est un pays multinational, avec des Communautés ayant des comportements différents impossibles à niveler et que la meilleure gestion était un Etat Fédéral, il s’est arc-bouté à sa fumeuse « Nation au-dessus des tribus ! »

Il vivra cette humiliation jusqu’à la lie !

Le Cameroun est un pays multinational, avec des Communautés qui ont un comportement très différent. La perception que chaque communauté a vis-à-vis de l’Etat, vis-à-vis de son Chef et vis-à-vis des institutions diffère profondément suivant qu’on est au Nord, au Sud, à l’Est ou à l’Ouest. Telle tribu voit en Biya un envoyé de Dieu alors que telle autre n’y voit qu’un démon !

Vous ne pouvez donc pas prétendre mettre un ensemble aussi hétéroclite et hétérogène dans un même moule institutionnel et les harmoniser par des décrets et des discours sur l’unité nationale !

Ce qu’on fait dans ce cas et qu’aurait dû faire Biya depuis longtemps, c’est de donner un Etat régional à chacun de ces segments ethno régionaux, et de chapeauter le tout par un Etat fédéral.

Cela permet que les frustrations des Bamilékés, des Bétis ou des Fulbés ne s’appliquent plus de manière directe sur le Président Fédéral, mais passent d’abord par la médiation d’un Etat Régional qui les tamise et les amortit.

De cette manière, le Chef de l’Etat est protégé.

Mais quand celui-ci se met en tête d’assumer lui-même et de manière directe ces milliards de réclamations venant du Cameroun tout entier, quand il prétend jouer à une divinité toute-puissante dispensant le bonheur au gré de ses humeurs, en

Confisquant toutes les ressources financières et humaines, il est naturel que chaque communauté s’adresse à lui de manière directe, avec ses pratiques et ses méthodes !

Il est normal que certains le divinisent, mais il est aussi normal que d’autres l’insultent !

Car, il faut le dire très clairement, la racaille qui se réclame de la BAS n’aurait jamais eu l’audace de s’adresser directement au Président si celui-ci avait eu à temps la lucidité de sous-traiter les problèmes des Bamilékés par un Etat qui leur est dédié !

C’est sa prétention mortelle à faire tout, à se mêler de tout, à fabriquer ses « unité nationale » qui lui rejaillit de plein fouet sur le visage !

Et qui signale aussi la mort définitive de l’Etat unitaire !

Certains s‘arc-boutent sur ce système périmé, devenu dangereux pour la paix et la stabilité au Cameroun, mais il faut en sortir définitivement et immédiatement.

Il faut aller à la Fédération !

Et dans les négociations qui s’engagent avec la Sécession, le Président de la République, qui ne s’y oppose plus comme auparavant, du moins si on en croit les déclarations de son Premier Ministre, doit cesser d’être un blocage à ces évolutions absolument indispensables du Cameroun.

Dieudonné ESSOMBA

Previous ArticleNext Article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
25 − 14 =