Input your search keywords and press Enter.

Partenariat État du Cameroun-communes : des conventions signées pour favoriser l’autonomie des collectivités territoriales décentralisées

Le 19 avril 2022, des  conventions ont été signées à Yaoundé entre la Ministre de l’Habitat et du Développement urbain, le Ministre de la Décentralisation et du Développement local, le Directeur général du Fonds Spécial d’Equipement et d’Intervention intercommunal et le Président des Communes et Villes unies du Cameroun, pour la nouvelle phase du Programme National de Formation aux Métiers de la Ville.

Le rôle essentiel du Programme National de Formation aux Métiers de la Ville (Pnfmv) dans l’implémentation du processus de décentralisation voulu par le Chef de l’Etat, Paul Biya, n’est plus à démontrer. Ce programme dont la mission essentielle est de modifier le visage des collectivités territoriales décentralisées en faisant des acteurs locaux des acteurs de changement,  contribue de façon remarquable à l’évolution des politiques publiques locales de développement et à l’amélioration des outils de management, favorisant ainsi   l’impulsion du développement local.

La cérémonie présidée, par la Ministre de l’Habitat et du Développement Urbain, Célestine Ketcha Courtès, en qualité de présidente du comité de pilotage, avec à ses côtés le Ministre Georges Elanga Obam, vice-président, permet d’écrire de nouvelles pages en matière de politique de soutien aux acteurs de la décentralisation et du développement local.

La signature de ces nouvelles conventions intervient aussi au moment où le Cameroun a lancé sa nouvelle politique publique de développement, la Stratégie Nationale de Développement (Snd30). Il en ressort qu’à travers ces nouvelles conventions, le Pnfmv, sous l’éclairage de son Comité de pilotage (Copil), présidé par la Minhdu, se dote des moyens institutionnels pour  renforcer sa politique de contribution active à la matérialisation de la décentralisation et d’accompagnement de manière efficiente des collectivités face aux changements multiples que doivent subir les territoires.

Les exigences de cet engagement incitent les communes et les régions à travailler de façon plus intégrée et plus cohérente afin d’élaborer des démarches qui permettent d’asseoir des territoires viables et compétitifs, et de mettre en œuvre le programme de développement durable du Cameroun à l’horizon 2030.

Conscients que pour le Pnfmv, il est question de développer et de renforcer les capacités des magistrats municipaux et des cadres territoriaux, de développer et diffuser des outils de gestion démocratique des territoires, de capitaliser, valoriser et de diffuser l’expertise locale, et contribuer à l’ancrage d’une gouvernance locale efficace et maîtrisée, les  modes opératoires et de nouvelles façons de mener l’action publique locale, étaient à l’ordre du jour. Les nouvelles conventions du Pnfmv se positionnent donc comme la boussole, qui permettra au programme d’assurer pleinement le changement des villes.

Selon la Ministre Célestine Ketcha Courtès, « le Pnfmv devra  anticiper sur les nouvelles dynamiques des territoires, afin de favoriser l’autonomie des collectivités ».

La lecture des recommandations formulées permettra de constater que les nouveaux documents se positionnent aussi comme un outil juridique inclusif participant véritablement à la performance du Pnfmv.

Pour le maire Augustin Tamba, Président du Communes et Villes Unies du Cameroun (Cvuc), il s’agit  d’une « ambition et d’un défi passionnants qui, pour être relevés avec succès, demandent la participation de tous (local, national, politique, associatif, individuel, collectif, public, privé…) ».

En paraphant les documents, la  Minhdu, maître d’ouvrage du Pnfmv, a rassuré les autres acteurs de ce programme de son engagement et de sa disponibilité permanente à  donner pleine vie à ces nouvelles conventions et répondre aux attentes de toutes les parties prenantes.

Bertrand TJANI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.