Input your search keywords and press Enter.

Double vente d’un terrain appartenant à la famille NDINGUE.

« Qu’on arrache notre terrain sans nous payer rien rien il vend par ci il vend par là. Atangana Kouna est en prison maintenant il va tromper vision 4 « 
Tels sont les cris de détresse de la veuve NDINGUE propriétaire d’un terrain au quartier du palais polyvalent sis à Yaoundé. Cette veuve ne passe pas par quatre chemins pour indexer le délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Yaoundé qu’elle accuse de vouloir arracher le terrain de son défunt mari situé à une proximité du palais polyvalent de Yaoundé. Malgré la possession par cette dame des papiers et du titre foncier, n’ayant pas supporté cela, des plaintes ont été portées contre sieur Atangana Kouna par les enfants de la veuve et un arrêt des travaux a été ordonné malgré l’implantation d’une barrière.
Dame NDINGUE a dès lors retrouvé le sommeil jusqu’à ce jour où elle surprend une fois de plus un opérateur économique se présentant comme le nouveau propriétaire dudit terrain alors même qu’elle détient pas moins de deux titres fonciers dont le 248 et le 549 attestés et délivrés par le conservateur foncier du Mfoundi, un permis et une attestation de bâtir. Le terrain en question fut démoli sans dédommagement pour cause d’utilité publique notamment pour une zone de projet par contre, ce qui n’a pas bénéfique à cette famille qui n’a reçu aucun dédommagement et l’on n’a jamais vu un projet semblable pousser à cet endroit pourtant, le terrain est utilisé à d’autres fins. Consternée par cette situation, la famille Ndigue lance un appel au président de la république selon quoi le délégué du gouvernement se croit au dessus de lui et utilise la police judiciaire camerounaise pour couvrir des actes illégaux alors même que son rôle est bien défini celui de la protection des biens et du bien être des camerounais et non pas pour assister à des braquages. Des engins ayant quittés les lieux, le délégué de la communauté urbaine qui est pointé du doigt ici reste cependant silencieux. Quant à la famille Ndingué elle n’entend pas s’arrêter en si bon chemin.
Affaire à suivre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.