Input your search keywords and press Enter.

ADAMAOUA : IL ORGANISE SON ENLEVEMENT

Porté disparu Depuis un certain temps, Mouhamadou Abouar refait surface. Selon les aveux de ce dernier,  il est l’auteur de son propre enlèvement.

 Il avoue s’être rendu au marché de volaille au  petit marché à Ngaoundéré.  Menu d’une bouteille, il recueille du sang  qu’il va ensuite rependre dans sa chambre, dans sa cours ainsi que dans la maison familiale. Il trempe un couteau lui appartenant dans ce liquide pour masquer sa scène, il rédige également une lettre de menace. Vers trois heures du matin, il abandonne sa chambre pour le carrefour mission où il empreinte un bus pour se rendre à Garoua boulai de là, il prend une chambre dans une auberge entre temps, la famille croit à son enlèvement et 48heures plu tard, il  s’achète une carte SIM et c’est à partir de ce nouveau numéro qu’il change de  voix et joint son oncle Yaya se faisant passé pour le  ravisseur, il menace d’exécuter le soit disant otage. prise de  panique, la famille déverse la somme exigée. Ayant perçu la somme de 300.000FCFA,  le kidnappé prend la route pour Menganga pour retirer  son argent.  Puis, entre en contact avec l’un de ses collègues conducteur qui le dépose à Wourousangui  c’est à partir de là qu’il informe sa famille de sa prétendue libération. Alors que sa famille se réjouissait du retour de leur progéniture qu’il croyait déjà à l’au-delà,  les  fins lumières de la police judiciaire constate des incohérences. Au cours de son audition, Mouhamadou multiplie les contradictions ; ce  dernier finira par passé aux aveux complets et dévoiler son plan. Il avouera qu’il a monté ce coup tordu pour extorquer de l’argent à sa famille.

Mouhamadou est actuellement gardé à la division  régionale de la police judiciaire de l’Adamaoua quant à sa famille, elle témoigne de la désolation de leur enfant et se désolidarise des agissements de celui-ci étant donné la panique qu’il a causé non seulement au sein de sa famille mais aussi  au sein de la population. Ce coup tordu ne change pourtant pas la donne car la situation sécuritaire de l’Adamaoua  demeure toujours  préoccupante.

Marcelline Kabena

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.