Input your search keywords and press Enter.

Dr Henry Nkumbe: Dg de Magrabi Ico Cameroon Eye Institute: «Nous avons voulu offrir ce cadeau d’anniversaire principalement aux personnes du troisième âge n’ayant pas les moyens de s’offrir l’opération de la cataracte… » 

Le Directeur général de cet hôpital ophtalmologique, situé à environ 25 kilomètres de Yaoundé au Cameroun, a accepté de répondre aux questions la presse en rapport avec la campagne de chirurgie gratuite de la cataracte en faveur des populations démunies, déroulée du 18 au 22 juillet 2022.

D’où vient l’élan de cœur de  Magrabi Eye Institute à organiser cette campagne ?

Magrabi ICO Cameroon Eye Institute a soufflé sa cinquième bougie, le 29 mars 2022. Cette campagne fait partie des activités planifiées pour cette célébration durant toute l’année 2022, et qui ont commencé en janvier pendant la CAN (Coupe d’Afrique des Nations du football, CAN Totalenergies) organisé par le Cameroun en début d’année. Chaque année au Cameroun, moins de 10% des personnes ayant besoin d’une opération de la cataracte se font opérer. C’est d’ailleurs ce qui pousse le Dr Akef Magrabi de créer ce centre au Cameroun. Nous avons donc mis sur pieds un programme outreach (stratégie avancée) pour le dépistage gratuit des maladies qui peuvent causer la cécité (comme la cataracte, maladies de la rétine et le glaucome), campagnes que nous organisons principalement dans les villages et districts de sante des régions du centre et du sud pour le moment.

Force est de reconnaitre que en cinq ans, moins de 40% des personnes dépistées de la cataracte pendant plus de 540 campagnes que nous avons organisé ces 5 dernières années se sont fait opérer. Nos enquêtes nous révèlent que le manque de moyens financiers et de gardes malades pour accompagner ces personnes chez nous pour les opérations étaient les principales raisons pour lesquelles les 60% ne se sont pas fait opérer, malgré les tarifs préférentiels déjà réalisé pour les patients outreach.  Nous avons donc voulu offrir ce cadeau d’anniversaire principalement aux personnes du troisième âge, n’ayant pas les moyens de s’offrir l’opération de la cataracte. Il est évident qu’une personne du troisième âge, aveugle au village et n’ayant pas de moyens financiers aura du mal à se rendre à l’hôpital seul. Pendant la campagne, nous avons donc assuré le transport, l’opération, l’hébergement et la restauration de ces patients.

Pour les personnes qui n’ont pas pu être opérées, qu’espérez-vous faire d’eux ?

Nous avons l’intention d’organiser la deuxième phase de la campagne avant la fin de l’année. Cependant, il faut noter que ces interventions ont un cout énorme que notre hôpital ne saura assumer seule.  Je lance donc un appel aux Camerounais, aux entreprises etc., de se joindre a nous dans cette lutte contre la cécité évitable au Cameroun en qualité de sponsor.

Comment se déploie vos agents sur le terrain pour procéder au recensement des populations qui doivent être opérées ?

Depuis 2017, nous avons organisé plus de 540 campagnes de dépistage en collaboration avec les autorités des districts de santé concernés et les relais communautaires que nous avons formé. Nous avons donc une base de données qui nous permet de savoir qui parmi ceux diagnostiqués de la cataracte, n’a pas été opéré chez nous. Nos agents travaillent donc principalement avec les districts de santé et les relais communautaires.

Pourquoi avoir seulement choisi certaines localités des régions du Centre et du Sud ?

Nous campagnes de outreach sont organisé avec les autorités des districts de santé principalement en fonction de la situation épidémiologique, parfois sur invitation de quelques élites locales soucieuses de la sante de leurs communautés, et qui participent à la prise en charge des couts associées aux campagnes et de la chirurgie proprement dite. En générale, nous privilégions les localités ou l’accès aux soins oculaires et plus difficile et la communauté et les responsables des districts de sante exprime le désire de travailler avec nous. Imaginer vous un instant que notre base de données révèle que dans un district de santé, il existe 10 personnes aveugles par la cataracte depuis 3 ans et que les relais communautaires peuvent nous confirmer la situation d’indigence de ces derniers. Il est tout affait évident que nous allons privilégier ce district de santé, surtout quand les responsables de ce district nous facilitent le travail.

Quelles sont les sources de financement de cette campagne de chirurgie gratuite de la cataracte que vous venez de s’achever ?

Vous vous rappeler sans doute que dans le cadre des activités pour célébrer notre 5eme anniversaire, nous avons organise une soirée de gala, le vendredi, 1er avril 2022 dont l’objectif principal était la levée des fonds pour financer cette activité. Le besoin étant beaucoup plus élevé que les ressources disponibles, je réitère mon appel au sponsoring de ces activités par nos concitoyens philanthropes. Toute personne peut participer à sa manière et en fonction de ses moyens. Le sponsoring n’est pas uniquement pour ceux qui ont des millions !

Cette campagne de chirurgie de la cataracte vient après celle du glaucome récemment organisée. Envisagez-vous d’autres campagnes pour les autres pathologies des yeux?

Il faut savoir que nous parlons ici uniquement de la cataracte chez les adultes. Mais, il existe également ceux qui risquent la cécité irréversible parce qu’ils n’ont pas les moyens pour le traitement du décollement de la rétine ou du glaucome par exemple. La cécité et la malvoyance des enfants et encore plus sérieux, vu que 50% des enfants aveugles meurent avant l’âge de cinq ans. Il nous faut des sponsors pour organiser ces autres campagnes également.

Propos recueillis par Bertrand TJANI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.