International

Côte d’Ivoire: Guillaume Soro porte plainte contre un journaliste Ivoirien

Selon les informations qui sont rapportées par Afrique sur 7, l’ancien président de l’Assemblée nationale ivoirienne Guillaume Soro a porté plainte contre un journaliste devant le tribunal de première instance d’Abidjan-Plateau. Le député accuse Sidi Tehra, journaliste à L’Essor Ivoirien, de diffamation, indique une note du SYNAPPCI.


Il est à rappeler que le document du Syndicat national des professionnels de la presse de Côte d’Ivoire (SYNAPPCI) indique que « par un exploit d’huissier en date du jeudi 16 mai 2019, Mr Soro a fait savoir à Mr Tehra qu’il était convoqué, le vendredi 31 mai 2019 devant le tribunal de première instance d’Abidjan-Plateau, statuant en matière correctionnelle ». Dans cette note signée par le secrétaire général du SYNAPPCI, Guillaume Soro « estime avoir été diffamé par Mr Tehra dans un article publié dans l’édition N°119 du lundi 6 au dimanche 12 mai 2019 du journal L’Essor Ivoirien », rapporte le média. Dans sa plainte, Guillaume Soro a « requis » une condamnation par le juge, du journaliste « à trois ans d’emprisonnement ferme et à 500 000 francs d’amende ». La même source souligne aussi que le député s’est constitué en partie civile et a demandé le paiement d’un « franc symbolique comme dommage et intérêt »
‘Selon le journal, la requête de Guillaume Soro s’appuie sur l’article 90 de la loi N° 2017-867 du 27 décembre et l’article 173 du code pénal. Le Syndicat national des professionnels de la presse de Côte d’ Ivoire a réagi face à cette situation. Bien que cette organisation reconnaisse à Guillaume Soro le droit de « contester la véracité des informations contenues dans l’article incriminé », elle s’insurge contre la saisine du tribunal correctionnel et partant la voie de l’emprisonnement. Guillaume Gbato soutient qu’ au « terme de la loi sur la presse, l’emprisonnement et même la garde à vue, sont interdits pour les délits commis par voie de presse »’, écrit Afrique sur 7 dans son rapport. Et au SG du SYNAPPCI, Guillaume Gbato, de demander « avec insistance » à son tour à Soro, de « retirer sa plainte et de saisir les autorités de régulation et d’autorégulation compétentes en la matière ». Il a aussi profité de la note pour lancer « un appel à la mobilisation de la communauté des médias et à la société civile pour que plus jamais, un journaliste ne se retrouve en prison, en violation de l’esprit et de la lettre de la loi sur la presse ».

Previous ArticleNext Article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
25 × 17 =