Actualités

Cameroun : Stanislas Noël Sobze Trache la vérité à Jean de dieu Momo

« Vous êtes un double agent.  Capable de flirter avec Dieu et avec le Diable. Un moment vous m’avez convaincu que Paul Biya était pire que Satan. Aujourd’hui, vous me rassurez qu’il est mieux que Dieu. Un moment, vous étiez le plus grand défenseur des misères de la terre. Aujourd’hui, vous êtes le plus grand oppresseur du monde. »

Ce militant du Parti démocrate pour le développement du Cameroun (Paddec) exprime son mécontentement à l’égard de son leader. Farouche opposant du parti en place il y’a quelques années Jean de dieu Momo a retourné sa veste lors des élections du mois d’octobre dernier au profit du parti au pouvoir parti au quel il s’adonne  sans relâche ce que  ses compatriotes n’arrivent pas à digéré.

C’est à travers un post sur son compte Facebook que Stanislas Sodze lui exprime son mécontentement.

Ci-dessous, l’intégralité de ce post.

« Son Excellence, votre histoire politique prête à de nombreuses controverses à cause d’un certain sophisme machiavélique qui anime votre parcours. Un fait est constant chez vous.

Un moment, vous étiez l’homme le plus célèbre du pays, aujourd’hui, vous êtes le plus méprisé. Qu’est ce qui se passe exactement ? Comment vous identifier dans un tel brouhaha ? Je ne suis pas un juge, mais, sachez que votre comportement influence beaucoup le genre de jugement que vos observateurs portent sur vous.  Tout le monde sait qu’un certain pragmatisme politique voudrait que tous les moyens soient bons pour réussir.

En 2017, j’ai voulu vous faire une surprise. Je passais maison par maison pour sensibiliser les gens de la nécessité de créer une branche du PADDEC dans le quartier. Beaucoup de gens étaient très motivés. Votre CV seul était un argument de poids. CPI, affaires des 09 et votre ferme à Gombe. Beaucoup de grands étaient chauds, mais, ne voulaient pas que leurs noms soient affichés de peur des représailles du R. On voulait d’abord mettre la cellule sur pied, ensuite, on vous fait une surprise en vous invitant. En ce temps-là, les gens parlaient de vous comme un héros national.

Comme l’homme de la providence. Mais, depuis que vous avez retournez votre veste, tout a changé. Chacun dit aujourd’hui que chance que je n’avais même pas donné mon nom. D’autres disent que “il n’était que ça ?”. Ceux qui s’étaient inscrits sont venus tard dans la nuit pour dire qu’on déchire la fiche. Je parie que si on fait encore un tour au quartier pour savoir ceux qui aimeraient volontiers adhérer à votre parti, c’est avec le fusil qui a 2 bouches là qu’on va nous recevoir. Moi-même, je ne suis pas partisan de “faire la politique et mourir de faim”. Mais, votre degré de popularité vous prédisposait au martyr. Si vous étiez Moïse, vous seriez plutôt allé voir le pharaon pour négocier un poste ministériel pour sauver votre tête et laissez des milliers de gens dans la souffrance. Aujourd’hui, vous avez beaucoup d’argent, mais, pas de bonheur. Vous avez beaucoup de femmes, mais pas d’amour. Beaucoup de nourritures, pas d’appétit. Un gros lit, mais pas de sommeil. Beaucoup de médicaments, pas de santé. Beaucoup d’amis, pas de confiance. La liste est longue. C’est le retour de toutes les déceptions que vous avez semé dans les cœurs de ceux qui ont cru en vous ».

Previous ArticleNext Article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
13 − 5 =