Actualités

Cameroun- Président de la République dans un discours inédit convoque un dialogue national

Le discours inédit du président de la République, Son Excellence Monsieur Paul BIYA de ce mardi 10 septembre  et qui était certainement le plus attendu par ses compatriotes a planté  le décor du dialogue national.

Le chef de l’État  tant bien que mal éprouvé par les conflits dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest s’affirme. Dans son discours inédit d’hier, le président nouvellement réélu a convoqué un grand le dialogue national pour la fin du mois de septembre : « J’ai décidé de convoquer dès la fin du mois en cours, un grand dialogue national » imposant ainsi l’idée de dialogue le propriétaire du palais de l’unité indique les deux régions en conflit.

D’après ses propos ‘’ce grand dialogue national’’ « permettra dans le cadre de notre constitution, d’examiner les voies et moyens de répondre aux aspirations profondes des populations du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais aussi de toutes les autres composantes de la nation ». Pour mettre en marche ce dialogue, Paul Biya choisit Dion Ngute Joseph qui dans sa posture de premier ministre est mieux placé pour mener à bien cette mission dans ces deux régions « Le Premier Ministre, chef du gouvernement, mènera de larges consultations, afin de recueillir les avis les plus divers qui serviront de sources d’inspiration pour la conduite des débats »

Selon le chef de l’Etat, les Participants au dialogue sont : parlementaires, hommes politiques, leaders d’opinion, intellectuels, opérateurs économiques, autorités traditionnelles, autorités religieuses, membres de la diaspora, etc.  Également invités des représentants des forces de défense et de sécurité, des groupes armés et des victimes.  Par ailleurs Chacun aura l’occasion d’y contribuer à travers la promotion du  bilinguisme, l’exercice de la diversité culturelle de même que la cohésion sociale. Il prône de même la reconstruction et le développement des zones touchées par le conflit,  souhaite le retour des réfugiés et des personnes déplacées, le système éducatif et judiciaire, la décentralisation et le développement local, la réinsertion des ex-combattants, le rôle de la diaspora dans le développement du pays ne sont pas en demeure. Des délégations seront envoyées dans les prochains jours à la rencontre de la diaspora afin de lui permettre d’apporter sa contribution à ces réflexions sur la résolution de la crise.

Previous ArticleNext Article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
44 ⁄ 22 =